Le blog du Petit Vapoteur
Petite histoire du Snake Oil

Petite histoire du Snake Oil

29/04/2021  /   L'actu des jus , Les marques

Petite histoire du Snake Oil

Le Snake Oil, e liquide fruité de légende, lancé par Tmax Juice il y a plusieurs années, à l'aube de la vape moderne. Mais d'où vient ce nom ? Une enquête du Petit Reporter Vapoteur.

Les origines du Snake Oil

Huile de serpent... Étrange comme nom ! Du serpent pressé pour en extraire une huile ? Du venin de serpent ? L'origine est floue, mais ce terme fut bien employé au 18e siècle par des nombreux entrepreneurs américains et européens. Ils arpentaient les rues en clamant haut et fort que leur potion "magique" pouvait soigner tous les maux, de la fièvre au cancer, en gros tous les maux de la Terre.

Le Snake Oil portait bien son nom, de l'huile minérale était mélangé à diverses épices pour former un liquide noir et opaque. Les vendeurs pouvaient affirmer que leur médicament était certifié, car aucune réglementation fédérale aux États-Unis concernant la sécurité et l'efficacité des médicaments n'a été promulgué, jusqu'en 1906.

Dans les années 1800, de l'huile de vipère a bien été commercialisé en Angleterre, en tant que remède miracle contre les rhumatismes et maladies de peau, mais personne n'a encore prouvé les effets de cette potion.
On se rappelle ces vieux films américains ou l'on voit un "docteur" charlantan qui traverse la ville en carriole avec grand tumulte de publicité pour vendre son produit. C'est en effet comme ça que cela se produisait en réalité, avec en prime un complice parmi la foule de badauds qui vantait les mérites de la potion et essayer d'attirer le plus de monde possible.

Si vous souhaitez réaliser vous-même votre huile de vipère, voici les recommandations de Juan de Loeches dans les années 1730 :

"Prenez 2 livres de serpents vivants et 2 livres 3 onces d'huile de sésame. Faites cuire lentement, dans une casserole, jusqu'à ce que la viande se détache de l'os. Filtrer et conserver.
Utilisations : Nettoie la peau, élimine les boutons, l'impétigo et autres défauts. "

Dr Stanley Clark

Tous les fans de ce e liquide anisé citronné connaissent la fameuse vielle étiquette, qui représente la marque de Tmax 

Snake Oil etiquette

Dr Stanley Clark, à ne pas confondre avec Stanley Clarke le musicien bassiste américain, a vraiment existé et a commercialisé son huile de serpent à grande échelle. Malheureusement pour lui, le bureau de la Chimie aux USA a fait analyser sa potion et a trouvé : de l'huile minérale, 1% d'huile grasse (supposée être du suif), de la capsaïcine de piment, de la térébenthine et du camphre.

Il est passé en jugement, mais n'a écopé que de 20 $ de l'époque et s'en est tiré finalement à bon compte. C'est depuis ce temps que les anglo-saxons qualifient de Snake Oil ce que nous, on appelle poudre de perlimpinpin (ce qui pourrait devenir un autre reportage si jamais un e liquide porte ce nom)

Le Snake Oil de Tmax Juice

Malheureusement pour certains, ou heureusement pour d'autres, le Snake Oil à vaper ne contient pas une once d'huile de serpent. Nous retrouvons un mélange complexe d'agrumes avec une note certaine anisée et de la réglisse. C'est un e liquide très frais et très particulier. On l'aime ou pas, il n'y a pas d'indifférence possible tellement ses arômes sont puissants.

Pour ma part, il n'est pas vapotable en all day mais quelques bouffées de temps en temps font du bien pour se rafraichir la bouche, ou lorsque j'en ai assez de mon e liquide quotidien.

Quoi qu'il en soit, le Snake Oil fait partie des légendes de la vape et Tmax nous le propose en format 50 et 40 ml, prêt à booster, donc n'hésitez pas à le tester.

Découvrez le Snake Oil

Daniel

Ajouter un commentaire

 (avec http://)