Le blog du Petit Vapoteur
Ces institutions qui dénigrent la vape

Ces institutions qui dénigrent la vape

14/02/2020  /   L'actu , L'actu Société/Santé/Loi

Ces institutions qui dénigrent la vape 

Les institutions dans tous ses états : le désaveu de l’OMS et son appel aux dons, la FDA (Food Drug Administration-Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) peut-être démise de ses fonctions par le président américain.

La 145e session du Conseil exécutif de l’OMS appelle à la défiance vis-à-vis du vapotage 

Le 4 février dernier à l’occasion de la 145e session du Conseil exécutif de l’OMS, Dr Tedros, qui en est le directeur général, déclare : « Nous en savons suffisamment pour devoir protéger nos enfants de leurs effets nocifs. », sans évoquer les études scientifiques réalisées sur le vapotage et le principe de réduction des risques.

Pendant toute la durée du Conseil, la vape a fait l’objet d’un dénigrement sans limites, notamment avec la présentation orale de Ranti Fayokun appelée pour partager son expertise scientifique. Mais quelle expertise lorsque ses propos sont dénués de données issues d’études ?...et surtout, lorsqu’elle confond particules fines solides et gouttelettes liquides.

Elle poursuit sa présentation avec la diffusion d’une photo choc, celle d’un jeune américain allongé sur un lit d’hôpital, une victime de la crise sanitaire américaine liée à l’inhalation d’huile de THC mélangée à de l’acétate de vitamine E provenant du marché noir. « Quel est le préjudice pour ces personnes [ex-fumeurs] d'utiliser le vapotage? (...) Que dira t-on à la famille de leur fils ou fille décédé de l'EVALI ? » Oui mais décédé à cause du marché noir, pas du vapotage quotidien, qui lui, bien utilisé dans le cadre d’un sevrage tabagique a permis à 700 000 personnes à dire adieu à la cigarette, rien qu’en France.  Et en termes de sevrage tabagique chez les jeunes américains, elle a omis d’apprendre à son assistance l’existence de la corrélation entre l’effondrement du tabagisme adolescent et le vapotage, comme l’explique le Pr David Levy.  

L’exposé de Ranti Fayokun, brassé, non pas seulement par de l’air, mais surtout par la soupe du rapport de Michael Bloomberg qui qualifie la vape comme étant "incontestablement nocive", s’est conclu par l’intervention de Vinayak Prasad. Ce coauteur du rapport et ancien haut-fonctionnaire de l'État indien se félicite de l'interdiction de la vape dans son pays. Ce qui fait depuis le plus grand bonheur des marchands de bidis et aussi, le grand malheur de la santé publique indienne. L’Inde, troisième producteur de tabac mondial, est l’un des pays les plus touchés par le tabagisme. 

Une situation fortement dénoncée par l'European Tabacco Harm Reduction Advocates qui s'interroge :

Même si les Etats subventionnent l'OMS, la grande majorité de sa trésorerie relève de fonds privés. C'est pourquoi, elle lance à nouveau un appel à ses contributeurs volontaires.

Michael Bloomberg, candidat aux élections présidentielles 

L'enjeu probable pour l'OMS est d'anticiper la perte d'argent de Michael Bloomberg, sans qui le rapport de l’OMS n’aurait pas pu voir le jour. Candidat aux élections présidentielles américaines, se positionnant en troisième position avec 11 % d’intentions de vote, il n'aurait peut-être plus le droit d'octroyer le moindre don via sa fondation Bloomberg Philanthropies si toutefois il est élu à la Maison Blanche. 

 

L’actuel président américain, également candidat a d’ailleurs décidé de créer une agence spécialisée dans la gestion des produits du tabac et de la vape. En effet, l’objectif est de recadrer le rôle principal du commissaire de la FDA « (…) qui consiste à garantir la sécurité de l’approvisionnement alimentaire et médical de la nation ». Cette proposition est cependant soumise au vote du Congrès.

 Claire

Ajouter un commentaire

 (avec http://)