Le blog du Petit Vapoteur
La vape, le premier outil de sevrage : 42,6% des Français fumeurs l'ont choisie

La vape, le premier outil de sevrage : 42,6% des Français fumeurs l'ont choisie

04/06/2021  /   L'actu de la vape , L'actu Société/Santé/Loi

La vape, le premier outil de sevrage : 42,6% des Français fumeurs l'ont choisie 

Dans le cadre de la Journée Mondiale Sans Tabac, Santé Publique France a publié un nouveau baromètre dont nous avons analysé certaines données.

Les conditions de la réalisation du baromètre 

Réalisé par Santé Publique France, le baromètre est issu de données provenant d’une enquête téléphonique réalisée sur un échantillon aléatoire de 14 873 individus (auprès de la population adulte résidant en France métropolitaine). Elle a été menée entre janvier et mars, puis, entre juin et juillet 2020.

Ce baromètre révèle que 42,6% des Français ont choisi la cigarette électronique pour tenter d’arrêter de fumer, faisant d’elle la toute première solution de sevrage utilisée. Représentant 21,4% des aides mobilisées, les traitements nicotiniques de substitution (TNS) tels que les chewing-gum, les pastilles ou les patchs viennent en deuxième position. 

Ces données paraissent dans un contexte où la réduction du tabagisme a été interrompue par la crise sanitaire de la Covid-19.

La baisse du tabagisme s'est arrêtée

L'anxiété provoquée par la pandémie a exacerbé l’addiction au tabac. En effet, ce baromètre mentionne qu’”en 2020, plus de trois adultes de 18-75 ans sur dix déclaraient fumer (31,8%) et un quart déclaraient fumer quotidiennement (25,5%). Pour l’ensemble de la période couverte en 2020, la prévalence du tabagisme et du tabagisme quotidien ne varie pas significativement par rapport à 2019. Cependant, entre 2019 et 2020, la prévalence du tabagisme quotidien a augmenté de 29,8% à 33,3% parmi le tiers de la population dont les revenus étaient les moins élevés. Cette augmentation est essentiellement due à une hausse entre 2019 et début 2020, avant le premier confinement, une stabilisation étant notée en post-confinement. Les inégalités sociales restent ainsi très marquées en 2020, avec 15 points d’écart entre les plus bas et les plus hauts revenus.” Les plus défavorisés sont les plus touchés par le tabagisme.

Lors d’une interview de Franceinfo publiée le 31 mai dernier, le Dr Marion Adler signale que “dans les chiffres, ce que l'on voit c'est qu'une bonne partie des gens ont connu une reprise ou une augmentation du nombre de cigarettes.” Pendant une autre interview, cette fois diffusée sur France Inter, elle rappelle qu'"il y a des éléments qui aident les gens à arrêter de fumer, très pratiques, (...) évidemment les accompagnements, les aides médicamenteuses validées mais aussi, la vape ; la cigarette électronique. Or, il y a beaucoup d’informations qui font peur aux gens sur cette fameuse cigarette électronique qui, si on a déjà été fumeur ou si on est fumeur, va aider certaines personnes à arrêter. Il y a certaines personnes qui me disent "je préfère reprendre la cigarette que commencer la cigarette électronique". Ce qui est dommageable car la cigarette électronique est 95% moins toxique que la cigarette. En revanche, attention à ne pas confondre la cigarette électronique avec le tabac à chauffer."

 Claire

Ajouter un commentaire

 (avec http://)